Yahoo actualités

Publié le par nuit des écoles

Education: des écoles symboliquement occupées dans la nuit de vendredi à samedi


AP - Lundi 9 juin, 17h26

PARIS - Un collectif de parents d'élèves et d'enseignants appelle à occuper symboliquement les écoles dans la nuit de vendredi à samedi pour dénoncer la politique éducative du gouvernement, mot d'ordre relayé par le principal syndicat des instituteurs et la FCPE.

Parti le 4 juin de quelques établissements scolaires de Loire-Atlantique, l'initiative est désormais reprise dans un millier d'établissements du premier degré à travers toute la France, avec un appel national lancé lundi par la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE) et le Syndicat national unitaire des instituteurs (SNUIpp).

L'objectif est d'"éviter un réveil douloureux" et "d'informer sur les dangers des mesures ministérielles", selon un communiqué du SNUIpp.

Les organisateurs de cette manifestation entendent donc transformer les écoles en "dortoir la nuit du 13 juin" afin de "rêver à une rentrée prochaine où les programmes seraient construits avec des professionnels de l'Education, le rythme scolaire serait adapté aux enfants" et "les élèves en difficulté seraient aidés par du personnel spécialisé sur le temps scolaire". AP

Publié dans Revue de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ecole maternelle st Maurice de Beynost 13/06/2008 07:52

Après une première réunion hier soir avec les parents d'élèves, d'autres actions ont été proposées pour continuer le combat :
- inonder le ministre de courrier : chaque parent enverrait une lettre pour demander la suspension du projet afin de permettre la concertation et enfin l'évaluation des programmes de 2002
- que chaque citoyen contacte son député afin de porter le débat devant l'assemblée, et que le sujet soit débattu, et non imposé de force.
Nous verrons ce soir quel peut être le contenu de ces courriers, pour en faire un courrier type, afin de faciliter la démarche.
Que le mouvement s'amplifie ! Ne nous laissons pas faire !
Sophie
-