20 minutes le 11 et le 12 juin

Publié le par nuit des écoles



        Une Nuit pour porter conseil à Darcos





Le monde de l'éducation veut s'endormir en rêvant à une rentrée meilleure. Vendredi soir, parents d'élèves et enseignants sont invités à apporter « duvets, oreillers, pyjamas et doudous » pour occuper leur établissement le temps d'une Nuit des écoles. L'initiative est venue d'un enseignant de Loire-Atlantique qui a réuni différents collectifs sur un blog*. Deux jours avant la manifestation, une cinquantaine d'établissements du département sont inscrits. Beaucoup plus qu'à Paris, où une trentaine d'écoles devraient participer. « On veut débattre du danger qui pèse sur le service public d'éducation, explique Christiane Allain, présidente de la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE). Les parents s'inquiètent des réformes Darcos. Ils ont besoin d'explications. »

Au coeur des discussions : les nouveaux programmes, l'organisation de la semaine scolaire, la prise en charge de la difficulté par un personnel spécialisé ou encore le manque d'effectifs. En Loire-Atlantique, vingt-trois postes d'enseignants doivent être créés en primaire à la rentrée prochaine, pour près de neuf cents élèves supplémentaires. Egalement en débat : la carte scolaire, présentée lundi dernier, qui prévoit neuf fermetures et treize ouvertures de classe. Un nombre important d'écoles ne connaîtront leur sort qu'à la rentrée : vingt-cinq classes peuvent encore ouvrir et vingt-sept autres, fermer. « Les parents ont besoin de savoir dans quelles conditions leur enfant sera accueilli, considère Christiane Allain. A défaut, ils privilégieront l'école privée. »


David Prochasson - ©2008 20 minutes



Publié dans Revue de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Silvana 13/06/2008 18:01

L'apprentissage ne peut pas se faire sans en comprendre le sens, le but et leurs applications.

Ces nouveaux programmes ne vont pas dans ce sens et c'est absolument regrettable ; une réforme, soit ! mais pas sans concertation et pas contre une partie de la population.