le 13 janvier: nuit des écoles en Charente Maritime

Publié le par nuit des écoles

La nuit des écoles sur Le Château d’Oléron

Vendredi 13 février à partir de 20h45, une cinquantaine de personnes se sont réunis à l’école maternelle Françoise Dolto à l’invitation des parents d’élèves. Une douzaine d’enseignants ainsi que 6 élus du canton sud ont répondu présents. Le débat fut fort intéressant chacun apportant des informations complémentaires.

 Nous avons commencé par parler des problèmes de stabilisation des familles dans l’île, le prix du foncier étant un frein à l’installation de jeunes couples avec des enfants. Les mairies ont évoqué leurs projets immobiliers en cours et rappelé leur confiance et leur soutien dans l’école publique. L’école fait partie des éléments d’attractivité pour le territoire et leur mise à mal risque de contribuer au départ des familles de classe moyenne. Les élus et les parents sont donc inquiets de voir fermer les classes et se montrent méfiants envers les tentatives de fusion, voir d’EPEP sur notre territoire. Actuellement 2 écoles du canton sont menacées d’une fermeture de classe : le Château élémentaire et Grand –Village. Le maire du Château, Michel Parent a rappelé que seule une mobilisation massive de toutes les parties concernées, parents, élus et enseignants permettrait de bloquer ces projets.

Des enseignants spécialisés ont présenté leurs missions et les spécificités de leur travail. Leur rôle est essentiel dans les écoles car il est fort différent de celui de l’enseignant de la classe. Ils travaillent en petits groupes et ces enseignants bénéficient d’une formation spécifique. La remise en cause de leur présence dans les écoles comme elle est proposée aujourd’hui est inadmissible pour les enfants. Comment les enseignants spécialisés pourront-ils aider les enfants en difficulté en ayant la charge d’une classe normale comme le propose le ministère aujourd’hui ?

Nous avons ensuite parlé de la maternelle et des attaques dont elle fait l’objet. Les parents ont rappelé que la garde des enfants pose problème dans le canton. Les places en crèche et chez les nourrices sont limitées. Cela a également un coût qui est à la charge des familles. Les enseignants ont expliqué le rôle essentiel de la maternelle dans les apprentissages et la réussite des enfants.

Face à ces problèmes, les parents ont évoqué la difficulté pour eux de trouver des informations et de s’organiser entre eux. Il n’y a pas d’association de parents sur nos communes et leur manque se fait sentir aujourd’hui. On évoque la création d’une association de parents éventuellement intercommunale.

Après la pause café de 22h30, certains sont partis, d’autres sont arrivés et le débat a continué jusqu’à 23h30 autour des réformes en cours dans l’éducation nationale : remise en cause de la formation des enseignants, création d’une agence du remplacement, création des EPEP, réformes dans les lycées…

A l’issue de cette soirée, une pétition a été soumise à signature et la décision a été prise de participer massivement à la manifestation organisée mercredi 18 février, jour du CDEN à La Rochelle.


Publié dans Revue de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article